......***** Chapitre o1...« Unexpected Pregnancies »......



...
...

Chapitre o1
Double Denial


Genre : AU, Angst, MPreg, Guimauve
Couple : Bushido/Bill

...

Pour le bon déroulement de cette histoire, Tokio Hotel n'existe pas.

...


Il avait dit qu'il m'aimait. Qu'entre nous, c'était pas juste comme ça.
Et je l'ai cru ...

Un jeune brun berçait doucement son enfant. Le petit garçon avait la peau tannée, presque aussi sombre que ses yeux. Ses petits poings étaient crispés contre le vieux t-shirt de celui qui lui avait donné la vie, petit être encore insouciant de tout ce qui se passait autour de lui.

L'androgyne qui le tenait le considérait comme sa vie. Son fils était la prunelle de ses yeux, la seule chose qu'il lui restait sans compter sa famille. Son imbécile de père était parti, l'avait renié et Bill ne comptait pas lui pardonner son erreur. Il voulait protéger son fils du monde extérieur et de tout ce qui pourrait le blesser, le faire souffrir.

Il lui parlait pendant qu'il dormait. Les peines de c½ur sont les plus dures, lui disait-il sans cesse, la douleur physique n'est qu'une légère gêne en comparaison. Mais il lui racontait aussi des histoires. De belles histoires de princesses, de châteaux et de baisers magiques après avoir abattu des dragons.

Johannes ne comprenait pas pourquoi quand sa maman avait fini de lire une histoire, de l'eau, beaucoup d'eau coulait de ses yeux, mais il aurait bien voulu savoir. Quand sa maman le prenait contre elle dans ces moments-là, il pouvait ressentir toute la peine qu'elle avait, mais la seule chose qu'il pouvait faire était de se serrer un peu plus contre et attendre que l'eau arrête de couler, que son c½ur se calme et qu'elle recommence à le bercer doucement. Alors ses yeux se fermaient, il tétait sa langue et se laissait emporter dans le monde des rêves, mais seulement quand il était sûr que sa maman allait mieux.

Ça a duré deux ans, et puis je suis tombé enceinte. C'est là que je me suis rendu compte qu'il avait menti. Il a eu vite fait de partir, il a disparu de ma vie aussi soudainement qu'il y était entré.

Les premiers mois avaient été les plus difficiles. Devenir parent n'est pas quelque chose de simple et quand Bill avait dû se débrouiller seul pour subvenir aux besoins de son nouveau-né, il n'avait pas pu. Alors il avait appelé aux seules personnes à qui il aurait confié sa vie sans hésiter : son frère et sa mère.

Le moment où je lui ai dit que j'étais enceinte de lui a sûrement été le pire de toute ma vie. Il n'a d'abord rien dit. Ça ne m'a pas trop étonné, il est ce genre d'homme extrêmement renfermé et incapable d'exprimer ses sentiments, mais quand il s'est tourné vers moi et m'a simplement dit « ce n'est pas le mien. », j'ai cru mourir.

Bill savait que la nuit serait encore longue. Johannes était bien trop jeune pour passer ses nuits et l'androgyne commençait à ressentir la fatigue de plus en plus. Il pensa que le lendemain, lui aussi ferait une sieste.

Il se lèva et posa délicatement son fils dans son berceau avant de s'emparer du petit biberon vide et de se diriger vers la cuisine pour le rincer. Il savait que dans quatre à cinq heure, il referait exactement les mêmes gestes et la simple pensée l'épuisa déjà.

J'en étais à huit mois de grossesse quand j'ai reçu les papiers. Je me suis même demandé pourquoi il se donnait la peine de demander un test de paternité s'il ne comptait pas reconnaître l'enfant. J'ai tout de même accepté, mais quand les résultats –positifs, he oui, c'est bien ton gosse- sont tombés, je n'ai pas eu de nouvelles de lui. À ce jour, je me demande encore pourquoi j'en attendais.

Son regard fatigué observait les lumières des phares de voitures à travers les rideaux clos de sa chambre. Bill savait qu'il n'allait pas pouvoir se rendormir tout de suite, mais la fatigue le rattraperait vite, ça aussi il le sait.

Il se tourna dos à la fenêtre et ferma les yeux, prêt à se laisser emporter quand il entendit des coups donnés à la porte d'entrée de l'appartement. Il attendit sans bouger. Peut-être avait-il rêvé ... Mais non, de nouveaux coups se firent entendre et Bill hésita à se lever. Il posa le regard sur son réveil qui affichait 3.45. Il soupira et se lèva. De toute manière, il n'ouvrira pas avant d'avoir jeté un coup d'½il à travers le judas.

L'accouchement a été difficile aussi. J'étais tout seul en arrivant à l'hôpital et je me souviens très bien que le chauffeur de taxi qui m'y avait emmené croyait que j'étais une fille et entre les contractions de plus en plus fortes, je pouvais l'entendre prier pour que je ne perde pas les eaux sur sa banquette arrière. Je me souviens avoir eu envie de lui hurler que ce n'était pas possible, mais j'étais déjà bien trop occupé à gérer la douleur d'une main et d'essayer d'appeler mon frère de l'autre.

Bill parcourut le couloir sombre d'un pas lent. Ça faisait à peine un quart d'heure qu'il s'était recouché et il avait une sale tête, il le savait. Johannes lui pompait toute son énergie. Il se souvint alors que Simone lui avait proposé quelques jours plus tôt de garder le bébé pendant la journée pour qu'il puisse se reposer. Il devrait penser à l'appeler le lendemain pour arranger ça. Bill avait sérieusement besoin de dormir ...

Quand Johannes a eu deux semaines, j'ai décidé qu'il était temps de sortir un peu. Le temps était magnifique et j'avais terriblement envie d'une bonne glace. C'est pourquoi j'ai minutieusement préparé mon fils pour sa toute première expédition à l'extérieur. Coincé dans son kangourou, il a plus vu le tissu de mon pull qu'autre chose, mais ça m'a fait un bien fou de sortir. C'est sur le chemin du retour que j'ai regretté avoir besoin de lait en poudre. Je suis entré dans ce minuscule supermarché et j'ai pris ce dont j'avais besoin avant de me diriger vers les caisses. En tournant légèrement la tête vers la droite, je suis tombé sur un magazine, abandonné sur le coin d'un présentoir. Anis en faisait la couverture et il avait l'air malade. Le titre disait : « Bushido : le guerrier blessé. » C'était la première fois que j'avais des nouvelles de lui depuis plus de six mois et bizarrement, je n'ai rien ressenti. J'ai baissé la tête vers Johannes et ai souri dans son petit duvet avant de payer mes articles et de m'en aller. Anis pouvait aller se faire voir.

Bill jeta un coup d'½il dans le judas, mais le peu de lumière dans le couloir ne lui permit pas de voir qui se trouvait de l'autre côté de la porte.

« Qui est-ce ? » Demanda-t-il sans ouvrir la porte.

Quelques secondes passèrent en silence, Bill ne bougea pas.

« C'est Anis. » Dit une voix forte.

L'androgyne se pinça les lèvres et serra les poings.

« Tu peux rentrer chez toi. » S'exclama-t-il avant de se détourner de la porte.
« Bill, s'il te plaît ... »
« Non Anis, rentre chez toi. »


Bill se dirigea vers la cuisine et commença à nettoyer les biberons utilisés pendant la journée. Huit mois. Ça faisait plus de huit mois qu'il ne lui avait pas parlé et il croyait vraiment que Bill allait ne serait-ce qu'ouvrir la porte pour lui ?

« Pourquoi est-ce que tu ne veux pas me parler ? »

L'androgyne sursauta et se retourna subitement.

« Je ne t'ai pas permis d'entrer. Rends-moi la clé et sors. »

Bill se baissa pour ramasser l'essuie qu'il avait fait tombé en se retournant avant de retourner à sa vaisselle. Il ne vit donc pas le regard d'Anis suivre la rangée grandissante de petits biberons propres.

« Il est là ? » Demanda-t-il quelques minutes plus tard.
« Ça ne te regarde pas. » Siffla-t-il.

Il abattit brutalement le dernier biberon sur l'égouttoir avant de s'emparer de l'essuie et de se sécher les mains.

« Laisse la clé sur la table et sors. » Dit-il sans se retourner.

L'homme observa son ancien petit ami essuyer les petites bouteilles de plastique une à une avant de déglutir, serrant la petite clé dans sa poche.

« Je ... Je suis venu m'excuser, Bill. »
« C'est trop tard, tes excuses bidons ne suffiront pas. »


Et c'était vrai, personne ne peut réparer une erreur aussi grande que le rejet de celui qu'on aime et le déni de l'enfant qu'il porte. C'était un double déni : Anis avait refusé l'enfant, et Bill avait refusé de croire qu'il ne pourrait pas y arriver. Johannes avait un peu plus de deux mois et Bill et lui s'en sortaient très bien. Grâce à Tom et Simone, sûrement pas grâce à Anis.

« Bill, s'il te plaît, fais un effort ... »

Le biberon sec s'abattit violement sur le comptoir juste avant que l'androgyne ne se tourne vers le père de son enfant.

« JE devrais faire un effort ! Ce n'est pas toi qui a porté le gosse d'un connard pendant neuf mois ! Ce n'est pas TOI qui a dû accoucher seul ! Ce n'est pas TOI qui doit te lever toutes les nuits parce que tu as un fils de deux mois à nourrir ! Alors, juste ... tais-toi Anis. Tu ne sais même pas de quoi tu parles. Sors d'ici et retourne jouer le salopard sur scène. Je ne veux absolument plus te voir. »

Il eut à peine le temps de finir sa tirade avant d'entendre un petit sanglot provenant de la chambre de Johannes. Il soupira, se frotta le visage d'une main, se soutenant au comptoir de l'autre, avant de poser des yeux tristes sur Anis.

« Va-t-en ... »

Il avança d'un pas lasse le long du couloir avant d'entrer dans la chambre, s'approchant du berceau et se penchant au-dessus pour pouvoir voir son fils.

« Johannes, Mon C½ur, qu'est-ce qu'il se passe ? » Demanda-t-il d'une voix douce.

Le nourrisson ouvrit ses grands yeux bruns et le fixa, remuant ses petites jambes tout en faisant la moue. Bill sourit.

« Ah, je commence à savoir ce que ça veut dire ça ... »

Il s'empara de son fils et l'amena tout contre son torse avant de le poser sur la table à langer, dans un coin de la pièce. L'enfant l'observa d'un regard émerveillé alors que Bill se penchait sur lui, défaisant son petit pyjama et son body avant de retirer la couche pleine. Il utilisa une lingette en chantonnant avant de placer une nouvelle couche puis de rhabiller son enfant, le reprenant ensuite contre son torse et le berçant doucement.

Il était tellement obnubilé par son fils qu'il ne vit pas l'ombre imposante se tenant dans le cadre de la porte. Il ne vit pas non plus l'ombre en question s'avancer lentement dans la chambre avant de se placer à ses côtés.

« Quel âge est-ce qu'il a ? »

Bill sursauta et fit volte-face, reculant de plusieurs pas tout en serrant son enfant contre lui de façon protectrice. Son c½ur se calma au bout d'interminables secondes et il déglutit avant de baisser les yeux. Il sourit doucement à Johannes.

« Neuf semaines. » Dit-il doucement, ses yeux ne quittant pas le nourrisson confortablement logé dans ses bras.

Il continua à chantonner et l'enfant se mit à somnoler dans ses bras, ouvrant et fermant ses paupières de plus en plus lentement.

« Est-ce que je peux le porter ? »

Bill se pinça les lèvres et arrêta de bercer Johannes. Anis était son père après tout, il l'avait abandonné, mais à présent, il semblait faire un effort. Bill se mordit l'intérieur des joues pour ne pas laisser de commentaire mordant passer la barrière de ses lèvres et il s'approcha lentement du rappeur, hésitant encore quelques secondes avant de poser délicatement Johannes au creux des bras de son père.

Les yeux Anis se fixèrent dans ceux de son fils et il sourit très légèrement.

« Hey ... » Souffla-t-il doucement et Bill le regarda faire avec attention.

Il aurait sûrement fait un bon père ...
Il chassa la pensée en secouant la tête et il recula d'un pas. Johannes tourna la tête vers lui et les coins de sa bouche se baissèrent, ses yeux s'agrandirent, puis un petit cri se fit entendre dans la pièce et le nourrisson tendit une de ses petites mains vers Bill.

L'androgyne s'approcha quand Johannes se mit à pleurnicher et il le reprit tout contre lui, le soutenant d'une main et lui caressant maternellement le visage du bout des doigts.

« Là, là ... » Souffla-t-il. « Il est fatigué. » Déclara-t-il sans lever les yeux.

L'enfant se calma instantanément et Bill lui sourit et l'embrassa sur le front avant de le poser dans son berceau.

« À plus tard Bébé ... » Murmura-t-il tout en lui caressant affectueusement le front du bout du doigt.

Il se redressa et quitta la pièce après avoir replacé ses peluches autour de l'enfant. Il ne s'attendait pas à trouver Anis appuyé contre le mur opposé. Il fronça les sourcils et croisa les bras sur son torse fin, restant devant la porte close de la chambre de Johannes. Ils se fixèrent pendant quelques secondes avant qu'Anis ne prenne la parole.

« Venez vivre avec moi. »

Tout le corps de Bill se tendit avant qu'il ne gifle Anis d'un geste rapide et sec.

« Sûrement pas, tu ne nous attireras pas chez toi avec ton argent. On est très bien ici, et je te rappelle que ce n'est pas moi qui ai abandonné mon fils. »

Il ne parla pas de lui, il ne devait pas parler de lui, pourtant Anis l'avait abandonné lui aussi ... Le rappeur leva le menton avant d'enfoncer un peu plus ses poings dans ses poches.

« On en reparlera Bill. »

Et il était parti.


Écriture : o4 Mai 2O1O
Publication : 15 Mai 2O1O

Notez cette MiniFiction ICI


...
...
Bael ® _____
...
...

Tags : Unexpected Pregnancies - Bael ®

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.82.29.141) if someone makes a complaint.

Comments :

  • nirvana-angelTH83

    01/04/2011

    Han!!! c'est trop chou!! ce petit bouchon est vraiment craquant et sa connexion avec sa "mère" est trop touchante

  • Forgive-Me-Os

    01/11/2010

    Quel salaud ce Bushido èé
    Il laisse Bill enceinte, et bam ca lui vient plusieurs mois plutard de venir genre "et oh je veux que vous veniez vivre à la maison" naméoh v_v
    >_<

    Buhaaaa, sinon j'aime hein :)

    Je vais lire la suite

  • What--Gw3ndI--Gw3nd

    12/06/2010

    hey pas mal le chapitre ^.^

  • olha-traducx

    18/05/2010

    J'adore ce premier chapitre.
    Bushido l'enfoiré, j'aime quand il est comme ça. Ouais je sais, c'est pas original U.U.

    Mais je préfère voir Bushido avec l'image qu'il peut donner dans notre réalité, que un Bushido super gentil, super clean au caractère parfait. Hum, bref...

    J'aime ce chapitre.
    J'attends la suite avec impatience. Je suis super curieuse maintenant.

  • Billsaw

    18/05/2010

    tres bon chapitre, et tres sérieux aussi
    Le Bill- m preg, j'adore
    Et Bushodo n'etait pas au niveau

  • OS-by-Pops

    17/05/2010

    J'aime! *__*

    Tu pourras me prévenir pour la suite stp?

    Xoxo.

    Pops.

    NB: Désolée de la non-constructivité totale de ce commentaire... :s

  • perpetuelle-transition

    16/05/2010

    Okay je viens juste de voir le titre de la fiction (il me faut un long temps de réaction u_u)
    Double denial : pour l'instant il n'y en a eu qu'un (johannes) donc je sens que cette histoire va me faire pleurer mais tanpis une histoire triste par toi ne peut-être que belle.
    Du coup je crois que pour mon happy-end c'est mort, mais bon l'espoir fait vivre ^^
    Je vais être au taqué pour lire la suite.

    Je t'embrasse

  • perpetuelle-transition

    16/05/2010

    Merci de m'avoir prévenue =)

    Ce premier chapitre m'a retourné l'estomac, les m-preg qui commencent mal me font toujours cet effet.
    Je voudrai rentrer dans l'histoire pour effacer les peines, voir un homme seul pour élever un enfant m'est insupportable, je dois avoir un esprit trop maternel.
    Et pourtant malgré tout on dit que l'erreur est humaine alors sans même connaitre la suite j'ai envie de tout pardonner à Bushido parce que je veux qu'il atténue la douleur de Bill. Bill qui semble être si fort face à toutes les épreuves qu'il a subit et pourtant je pense que ceci n'est qu'une carapace, qu'il peut craquer d'un moment à l'autre. Et johannes, je suis une grande addict des bambins alors je te laisse imaginer comment j'ai gagatisé sur ce petit bout de chou, surtout que ça ne peut être qu'un beau bébé avec des parents comme Bill et Bushido.

    Les flash-back dans ce chapitre sont très intéressants puisqu'ils nous permettent de comprendre pourquoi Bill en est arriver là et la relation que lui et Bushido entretenait. Bushido m'a d'ailleurs l'air déterminé (suite aux dernières phrases de ce chapitre) et j'aime ça parce qu'en lisant cet os je pense qu'on ne peux que vouloir le bonheur de Bill et du petit choupinet qui est avec lui : johannes *_*
    Même si ça prendra du temps j'espère de tout coeur une belle happy-end, ils méritent d'être ensemble tout les trois plus soudés que jamais.

    Et puis on dit bien qu'il y a un temps pour hair et un temps pour pardonner =)
    Encore une fois merci Guess, encore une évasion, une entrevue dans ce monde que tu inventes et dont je suis devenue dépendante.

    Je t'embrasse

  • Ascention--emotive

    16/05/2010

    C'est génial cette façon que tu as de nous plonger dans l'histoire, on fait abstraction de tout le reste! =D
    Super!

  • just-you-and-me483

    15/05/2010

    On peut dire que c'est un début plutôt chaotique...
    je me demande bien comment Anis va faire pour se racheter...avec toute la merde qu'il vient de faire, il me semble que ça s'avère être un tâche plutôt difficile...
    Et tout cas j'aime beaucoup, c'est pas hyper innovant et d'un autre côté c'est quand même un autre point de vue, c'est toi et c'est frai, nouveau et j'aime *-*

Report abuse