......***** Partie o1...« On est des Hommes, même en mal ... »......



...
...

Partie o1
Soul & Flesh

Genre : CreatureFic, PeridoPiece, Magic
Couple : Bushido/Bill


Bill n'était pas prêt. Il ne l'était définitivement pas.
Et ce grand bal qui approchait à grands pas ; plus que trois jours déjà et il n'avait toujours pas de cavalier !

Le bel androgyne se mordit la lèvre et fronça plus durement les sourcils avant de plonger son superbe visage dans ses mains. Sa beauté le perdrait, c'était ce que sa mère lui avait prédit avant de mourir, bien des années plus tôt.

A l'époque, le jeune Bill n'avait pas saisi le sens de la dernière phrase prononcée par sa mère, mais à présent, âgée de dix-huit printemps et à peine majeur, il comprenait enfin la mise en garde.

Sa beauté le perdrait.
Son père allait faire en sorte que sa beauté le perde.

Quand toute cette mascarade avait commencée, Bill avait simplement obtempéré et obéi, pensant sincèrement que son père faisait tout cela pour son bien. Mais plus le temps passait et plus les riches courtisants accourraient à sa porte alors que la famille Trümper ne faisait partie que de la basse noblesse. Bill avait vite compris que son père, son si tendre père, tentait de se débarrasser de lui.

Le magnifique androgyne s'était alors appliqué à découvrir pourquoi autant de riches hommes, probablement tous malhonnêtes et uniquement intéressés par son corps, se précipitaient jusqu'à leur humble manoir pour juger de sa beauté de leurs propres yeux. Et l'adolescent l'avait assez vite découvert.

Sa mère était une fée.
Sa beauté venait donc de ses origines féériques.

Bill en avait pleuré pendant des jours, souhaitant être né plus laid, plus simple, avec un physique peu particulier, de ne pas avoir hérité des lourdes origines de sa mère. Si cela avait été le cas, son père n'aurait pas tenté de le céder au premier noble venu contre une somme d'argent plus que conséquente. S'il n'avait pas hérité de la beauté singulière de sa mère, Bill aurait probablement pu rester aux côtés de son géniteur, mais chaque jour qui passait, poser son regard sur le superbe visage de son enfant faisait souffrir l'homme à un point inimaginable. Il préférait donc s'occuper au plus vite de cette histoire de mariage et envoyer son fils vivre dans une autre maison que de devoir supporter ce visage, cette voix, cette silhouette jusqu'à ce que Bill trouve l'amour. Et si au passage, il pouvait former une alliance qui l'installerait dans une situation confortable pour ses affaires, cela serait encore mieux.

Un beau jour, alors que Bill traînait dans le jardin, seul, comme toujours, une calèche plus imposante que toutes celles qu'il avait vues auparavant s'engagea dans la longue allée menant à sa demeure. L'adolescent y jeta à peine un coup d'oeil avant de se détourner complètement du chemin, s'asseyant dos à l'entrée du domaine pour continuer de lire son livre tout en caressant d'une main distraite le jeune chiot dalmate qu'il avait reçu quelques semaines auparavant.

L'animal lui lança un bref regard et Bill lui sourit avant de se replonger dans sa lecture. Il allait encore être dérangé et n'aurait pas l'occasion de terminer ce livre qui le passionnait tant.

Et pour sûr, il entendit la voix tonitruante de son père saluer l'homme avant de le faire entrer chez eux. Peu de temps après, une domestique vint lui faire part de la demande de son père ; il devait le rejoindre dans le grand salon au plus vite. Bill soupira discrètement et se leva sans hâte tout en chuchotant quelques paroles doucereuses à son jeune chien. L'animal se releva et suivit son maître, la tête haute et la queue remuant frénétiquement. Pour son jeune âge, Arès était déjà très obéissant et resta aux pieds de Bill, sans pour autant marcher sur sa longue tunique soyeuse.

L'adolescent aurait du savoir que son père ne lui demandait pas d'enfiler une de ses plus belles tenues, si pas la plus belle, juste pour passer une simple journée au manoir. L'homme dont il avait aperçu la calèche un peu plus tôt devait être très important.

Bill soupira encore une fois tout en continuant d'avancer vers le grand salon. Il toqua deux fois sur l'une des deux grandes portes de bois et attendit que son père lui réponde d'un bref « entrez ! » avant de pousser la porte et d'entrer. Il s'avança vers les fauteuils où son père et l'inconnu étaient installés et s'inclina légèrement pour les saluer.

« Vous m'avez fait appeler, père ? » Demanda-t-il d'une petite voix.

Plus il s'effacerait, mieux il se porterait.

« Oui, Bill ! Viens donc t'asseoir avec nous ! Monsieur Ferchichi t'a fait l'honneur de venir te voir ! »

L'androgyne s'installa tout en réfléchissant.
Ce nom lui disait quelque chose, mais pour ne pas paraître irrespectueux envers ses aînés, il ne pouvait pas détailler longuement l'inconnu sans se faire réprimander par la suite.

Il pris donc place dans un fauteuil libre et Arès s'installa instantanément à ses pieds, n'ayant d'yeux que pour son jeune maître. Bill baissa les yeux et lui lança un petit sourire avant de tendre la main dans sa direction et de lui gratter tendrement la peau derrière une oreille. Le chiot s'apaisa instantanément et sa petite langue rose se mit à pendouiller hors de sa bouche. L'adolescent se redressa alors et jeta un coup d'oeil en direction de son père et du fameux Monsieur Ferchichi, qui s'était remis à parler alors qu'il s'installait.

« Il est d'une beauté exquise. » Le complimenta l'homme et Bill pu entendre son père rire légèrement.
« C'est bien vrai oui, d'où le prix de sa dot. »

L'homme acquiesça vaguement tout en continuant de regarder Bill interagir avec le chiot, se surprenant à vouloir apercevoir la courbe d'une épaule à travers le tissu fin de son long vêtement. Son superbe visage et sa peau pâle l'intégrerait sans mal dans son monde et dans sa maison. Il aurait une place d'honneur à ses côtés et sa vie serait des plus luxueuses.

Anis Ferchichi se demanda donc pourquoi l'enfant avait refusé sa main à tant de prétendants. Le père, visiblement à la fois épris et apeuré de son fils, ne le forçait en rien, mais continuait à faire venir chez lui des hommes de haute stature sociale qui pourrait lui donner un avantage en affaires, tout comme le délester de son seul enfant.

Clairement, Anis ne comprenait pas Gordon Trümper, mais il ne pouvait pas laisser une aussi belle créature lui filer entre les doigts et atterrir dans les bras d'un quelconque imbécile qui ne saurait pleinement le satisfaire. De plus, une alliance avec la maison Trümper, des joailliers, alors que lui-même était exploitant de pierres précieuses et de mines en général, ne pouvait lui être que bénéfique.

Il s'installa un peu plus confortablement dans le large fauteuil et porta sa tasse de café écrémé à ses lèvres tout en observant l'enfant sans gêne aucune. S'il acceptait l'offre du père, la seule chose qu'il récolterait serait des avantages, tout du moins, si cet enfant n'avait pas un caractère difficile, ce qui ne semblait pas être le cas. Il posa sa tasse sur la soucoupe prévue à cet effet avant de se tourner vers Gordon Trümper.

« J'accepte votre offre. »
« Merveilleux ! »
S'exclama l'homme. « Je vais vous laisser un peu de temps pour faire sa connaissance. A plus tard ! »

L'homme se leva et quitta rapidement la pièce sans prononcer un mot de plus. Quand Anis posa à nouveau les yeux sur l'enfant, il était beaucoup plus tendu que précédemment et avait pris le chiot sur ses genoux, le caressant lentement sans relever les yeux alors qu'Anis savait parfaitement qu'il avait entendu les dires de son père.

Anis soupira légèrement avant de se lever puis d'aller s'installer dans le siège juste en face de celui de Bill. Il le fixa encore quelques secondes en silence avant de prendre la parole.

« C'est donc toi, Bill, la beauté dont toute la ville ne peut s'empêcher de parler ; le fils de la fée. »

L'enfant ne lui répondit pas vraiment, il se contenta de hocher une fois de la tête, plutôt sèchement.

« Tu ne quittes pas souvent le domaine ; je n'avais encore jamais eu le plaisir de t'apercevoir. »

Bill se tendit un peu plus et le chiot pleurnicha légèrement.

« Je n'en ai pas l'autorisation, Monsieur. » Se contenta-t-il de répondre d'une petite voix sans pour autant lever les yeux.

La mâchoire d'Anis se serra.
Forcément, une beauté pareille ! Son père devait avoir peu qu'il se fasse enlever ou malmener ...

« Tu aimerais pouvoir aller dehors ? »

La question surprit visiblement le jeune homme. Il releva subitement la tête et son regard d'ambre fixa celui de l'homme en face de lui. Jamais aucun des prétendants que son père lui avait présenté n'avaient pris la peine de lui demander ce qu'il aimait ou ce qu'il voudrait faire à l'avenir. Jamais aucun d'entre eux ne l'avait inviter à un rendez-vous avant de tenter de conclure quoi que ce soit en face de lui, mais en discutant frénétiquement de son avenir avec son père.

« O-oui, » Avoua-t-il. « J'aimerai beaucoup cela ... »

Il battit une fois des cils et Anis su qu'il devait faire quelque chose pour lui, que s'il voulait le conquérir, il devait lui montrer que les choses seraient différentes s'il partait avec lui. Il hocha une fois fermement de la tête avant de prendre la parole.

« Me ferais-tu l'honneur de m'accompagner pour une promenade demain après-midi ? J'ai quelques affaires à régler en ville et je serai plus que comblé de ta présence. »

L'enfant pencha légèrement la tête sur le côté avant de serrer son chien contre son coeur. Il inspira, comme s'il s'apprêtait à prendre la parole, puis se ravisa et se contenta de hocher de la tête juste une fois, timidement. Anis lui offrit un tendre sourire avant de se lever. Bill voulut faire de même, mais l'homme l'en dissuada d'un simple geste de la main, il se pencha ensuite vers l'androgyne et baisa le dos de sa main délicate, se contentant d'à peine effleurer sa peau de ses lèvres.

Les joues de Bill prirent une teinte rosée des plus agréables, ce qui le fit sourire un peu plus. L'exploitant se redressa et adressa à l'enfant une dernière courbette et un autre sourire avant de quitter la pièce, refermant la porte en un léger cliquetis derrière lui.

Une fois dans le couloir, Anis soupira lourdement puis sourit légèrement. Bill avait l'air tendre, calme et délicat ; passer du temps auprès de lui devrait lui faire du bien. Et si le superbe androgyne acceptait de s'unir à lui, alors ce serait encore mieux.


Écriture : 25 & 26 Décembre 2O11
Publication : 26 Décembre 2O11

...
...
Bael ® _____
...
...

Tags : On est des Hommes même en mal ... - Bael ®

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.166.207.223) if someone makes a complaint.

Comments :

  • nirvana-angelTH83

    07/05/2017

    Mon Dieu, faites que Dame nous fasse l'insigne honneur de poster la suite de cette fiction. Pleeeeeeeeeaaaaaaaaaaaaaase

  • nirvana-angelTH83

    16/04/2015

    Que ne donnerais-je pas pour lire la suite de cette petite merveille? J'en rêve. Tout tes écrits me manquent. Tu me manque Babel chérie.
    Et je suis triste je n'ai plus accès à tes articles en VIP.
    Reviens éclairé mes mornes journées de ton art délicat.
    Ta dévouée Scratounette

  • Fiction-Georg-Listing-Th

    02/02/2014

    Tu viens d'accepter mon commentaire alors je t'en laisse un nouveau... Pour te faire voir que je te suis toujours.. Aha

  • Potterhead-Gleek

    20/06/2012

    Comment ca se fait que je ne l'ai jamais vu :O En tout cas j'ai hate pour la suite :D

  • Fiction-Georg-Listing-Th

    12/06/2012

    Une chose qui ressors beaucoup plus que le reste c'est que le père est monstrueux. Ou alors qu'il souffre aussi. Enfin bon, c'est le méchant quoi! ;D Anis semble gentil et j'ai hâte de voir son tempérament dans les autres chapitre. Tant qu'à Bill, fidèle à lui-même, fragile, adorable, mignon.

  • Fiction-Georg-Listing-Th

    12/06/2012

    J'aime beaucoup ce début d'histoire. On découvre les caractères des personnages et ça donne envie d'en lire encore plus! :)

  • Tori-Os

    23/01/2012

    Oh surprise de tomber sur cet écrit. J'adore, cela fait médiéval, noble etc.. Et Bill semble adorable. Lemon en perspective ou pas ? Parce que pour l’histoire, aucun des deux cas ne la déservirait

  • nesshrya

    16/01/2012

    j'adore vivement la suite!!!

  • SubbytiThAdventure

    29/12/2011

    salut miss,
    je passez par hasard et quelle n'est pas ma surproise de trouver un nouvel écrit
    et quel écrit
    j'adore ce début...
    avec un Bill tendre et un peu perdu...
    un père qui veut garder son fils et en meme temps souffre de l'avoir au près de lui...
    et un anis qui veut le conquérir avant tout ...
    bref, début tres intéressant dont me tarde déjà de lire la suite.

  • Dealer-Tom

    28/12/2011

    J'ai lu ce premier chapitre il y a quelques jours et je dois avouer que déjà, je suis tes fictions depuis longtemps, j'adore ton imagination qui est vraiment débordante, en plus d'écrire tu traduis aussi (et les traductions sont les meilleures...) dire qu'elles commencent à se faire rare. même si je trouve que certaines fictions vont un peu trop vite, tu es l'une des auteurs françaises que je préfère le plus, surtout que tu fais du Billshido et que j'adore le Billshido.
    Bon tu en auras sûrement marre de lire mon petit roman (et je ne t'en veux pas mais il était temps que je me manifeste je trouve xD) mais je dois dire que pour moi les meilleurs fictions sont les traductions, mais tu restes la seule auteur française que je lis, parce que tu écris vraiment bien (dire que normalement quand je lis une traduction et ensuite une fiction française, je me dis que les fictions FR n'arrive pas à la cheville des traductions), dire qu'avec toi, l'histoire est bien là, c'est vraiment bien écris, bien structuré... bref, t'es vraiment une auteur géniale. ;)
    J'arrête mon blabla inutile.

Report abuse