......***** Os...« Welcome Home Soldier »......




...
...

Welcome Home Soldier

Genre : AU, Guimauve, MPreg, Hurt/Comfort
Couple : Bushido/Tom


Plus le temps passait et plus la situation devenait pesante pour Tom.

Le beau jeune homme, enceinte d'un enfant qui en serait bientôt à son huitième mois de gestation, n'attendait plus qu'une seule chose ; que son fils voit enfin la lumière du jour. Seul chez lui depuis presque autant de temps que la période de gestation de son enfant, Tom n'en pouvait plus. Il était littéralement épuisé, mais devait tenir le coup et continuer à entretenir sa petite maison. Il ne voulait pas que son fils vienne au monde pour trouver un logement insalubre, jamais de la vie. Alors il prit une fois de plus son courage a deux mains et se redressa, s'extirpant très difficilement de son lit avant de se diriger vers la salle de bain. Une bonne douche l'aiderai à se réveiller, décida-t-il.

...


En réalité, il voulait de ce bébé, mais pour le moment, il lui rendait la vie un peu trop dur. Il avait une tête comme un seau, ce qui lui rendait la tâche -se rappeler que c'était lui seul et personne d'autre qui avait fait le choix de garder cet enfant- difficile.

Tom soupira lourdement avant de tourner la tête vers son réveil. L'objet affichait 3h35 en chiffre bleu pâle et le tressé du plisser les yeux pour épargner sa rétine de leur clarté. Il s'assit difficilement dans le lit, puis se leva -ce qui ne fonctionna qu'au second essai- avant de se diriger vers la salle de bain. Il avait, comme toujours, besoin de soulager sa vessie.

Cela ne faisait pas si longtemps que cela qu'il était avec Anis quand ledit homme avait reçu le fameux coup de fil qui allait changer leur vie, même pas un an. Ils venaient à peine de s'installer ensemble, leur emploi du temps respectif étaient plutôt chargés et généralement, quand ils se voyaient, le temps passé ensemble se résumait à manger, dormir ou baiser. Enfin, c'était ce que Tom croyait. Il avait pris cette relation un peu comme elle était venue, au jour le jour. Il la vivait sans trop se poser de question, jusqu'à ce fameux jour.

Anis était instructeur dans l'armée dans un camp d'entraînement un peu en retrait de la ville. Tom avait assez vite accepter son mode de vie ; se lever très tôt, travailler toute la journée sans relâche, un coup de fil ou un sms aux alentours de midi, de retour en ville vers 15h, se voir vers 16h un jour sur deux ou sur trois, souper ensemble éventuellement, coucher ensemble, puis repartir chacun de son côté. C'était ainsi que cela se passait au début, quand leur relation n'était encore qu'un moyen de se détendre et de se distraire aux yeux de Tom.

Au début, ça n'avait vraiment rien de sérieux. Aucun des deux n'allait passer une nuit complète chez l'autre et les conversations se limitaient généralement à des sujets banals et peu personnels ou à des préliminaires verbaux. Puis le temps était passé, dix mois pour être exacte, et les choses avaient changé. Mais elles avaient changé si subtilement et progressivement que Tom n'avait pas vu la différence, ou plutôt, Anis avait fait en sorte qu'il ne voit pas la différence. En moins de temps qu'il n'en faut pour dire «ouf», les deux hommes avaient une maison en commun («ce serait tout de même plus facile pour se voir, non ?»), des emplois du temps organisés en fonction de celui de l'autre («je ne donne pas cours ce vendredi-là. On se prend un long week-end ?») et à présent un bébé en route.

Le seul soucis, c'était qu'Anis n'était pas au courant pour le bébé.
Il était parti avant que Tom ne le sache lui-même.

Revenons-en au fameux coup de fil.
Cet après-midi-là, un samedi, Tom s'en souvenait encore fort bien, alors que les deux amants partageait un diner quelque peu tardif, le portable d'Anis avait sonné et l'homme avait décroché, comme il le faisait d'habitude. « Anis Ferchichi, à qui ai-je l'honneur ? » C'était ce qu'il disait toujours quand il ne connaissait pas le numéro de l'appelant. La conversation n'avait pas durer longtemps et Tom avait vite compris que ce n'était pas quelque chose qui allait lui plaire. Que ce n'était pas quelque chose qui plaisait à son compagnon non plus au vu de la tête qu'il tirait.

Sa riche expérience de vie militaire serait plus utile du côté du Moyen-Orient, d'après son supérieur hiérarchique direct. C'était une demande qui venait de plus haut que lui, il n'était que l'intermédiaire. En plus clair, Anis ne pouvait pas refuser.

Le lendemain, il en avait longuement discuter au téléphone avec un autre homme, probablement quelqu'un d'important parce qu'Anis ne cessait de lui adresser la parole en commençant ou en finissant par Monsieur. Tom était resté à côté de lui toute la soirée, espérant tout comme lui qu'il obtiendrait une réponse positive à sa demande de refus de transfert.

Anis ne l'obtint pas.

Une semaine et demi plus tard, ils se disaient au revoir à l'aéroport, mais le rituel ressemblait bien plus à des adieux aux yeux de Tom. Moins de deux semaines plus tard, Tom découvrait qu'un petit bout d'homme se cachait dans son ventre depuis un moment déjà.

Quand il avait de la chance, le tressé recevait une lettre toutes les deux semaines. Quand les temps étaient plus rudes, une lettre par mois, parfois moins. Il n'avait jamais l'occasion de répondre car le gouvernement autorisait les sorties de lettre, mais pas les entrées. Il n'avait donc jamais eu l'occasion de dire à son compagnon qu'il attendait leur enfant depuis presque huit mois à présent. Et il ne savait pas non plus quand Anis reviendrait. Il ne mentionnait aucune date de retour dans ses lettres. Tom commençait lentement mais sûrement à désespérer de le revoir un jour.

Son congé de 'maternité' prendrait bientôt effet et ce serait pire encore, parce qu'alors, il serait seul à la maison, sans devoir faire quoi que ce soit à part s'occuper de son fils et de la maison. Il allait devenir complètement dingue à ce rythme-là ...

...

Samedi matin.
Le petit l'avait réveillé à une heure complètement indécente en faisant des bonds sur sa vessie, encore une fois. Tom s'était levé après bien des tentatives, s'était vidé la vessie, lavé, avait mangé et gisait à présent comme une véritable épave dans son canapé, le courrier du jour dans les mains.

Il s'installa un peu plus confortablement, c'est-à-dire, sur le flan gauche pour soulager son estomac et sa gorge des remontés acides et commença à feuilleter les journaux, magazines et enveloppes. Rien de bien particulier ; le journal du jour, le magazine adressé aux parents en devenir auquel il s'était abonnés il y a de cela quelques mois déjà, une carte postale de sa mère (elle était apparemment aux Canaris en ce moment. Il semblerait qu'elle ai bien choisi sa croisière et qu'elle ai du bon temps. Tom eu envie de grincer des dents en jetant un coup d'oeil par la fenêtre parce qu'il pleuvait encore, mais il ne pouvait pas se permettre d'être fâché avec sa mère alors qu'elle l'avait tellement aidé depuis le début de sa grossesse.), un fascicule publicitaire pour de l'électroménager, la facture d'eau, une autre facture ; celle de ses cours de relaxation pour personne enceinte, le bon de commande du berceau (il était enfin arrivé au magasin, ce n'est pas trop tôt !) et enfin, une enveloppe jaune pâle en papier cartonné. Une lettre qui lui était adressée et sur laquelle se trouvait imprimé les mots STRICTEMENT CONFIDENTIEL en bordeaux, juste au-dessus de son nom.

Tom laissa tomber tout le reste du courrier au sol en apercevant le sceau du département militaire gouvernemental apposé sur le coin supérieur droit de l'enveloppe. Ses mains se mirent à trembler et sa respiration se fit brutalement haletante. Ses doigts fébriles déchirèrent l'enveloppe et extirpèrent la lettre officielle de sa prison de papier, la peur obstruant sa gorge d'une boule qui le fit haleter encore un peu plus sévèrement en lisant les premiers mots imprimés à son intention.

« Monsieur Kaulitz,

C'est avec plaisir que j'ai le privilège de vous annoncer que la date de retour de votre compagnon, Sgt Major Anis Ferchichi, a été fixée au 22 Avril prochain.

Le Sgt Major mettra pied à terre à l'aéroport d'Eddington, au Terminal 2b, porte 15. L'atterrissage de son avion est prévu pour 13h3O. Veuillez d'avance m'excuser pour l'éventuel retard de l'avion, qui ne dépend malheureusement pas de ma personne.

C'est avec joie que mon équipe et moi-même vous accueillerons au cocktail prévu pour le retour du Sgt Major et de ses hommes. Ci-joint une invitation strictement personnelle audit cocktail. Veuillez la présenter à votre arrivée devant la porte 15 du Terminal 2b pour pouvoir accéder à la salle prévue pour l'accueil des familles et amis de nos compatriotes, salle où les soldats et le Sgt Major seront menés une fois l'avion au sol.

Veuillez agréé, Monsieur, à mes sentiments d'amitié les plus sincères,

Caporal Georg Listing »

La lettre glissa des doigts de Tom et il perdit connaissance sous le coup de l'émotion.

...

22 Avril, 13h35

L'avion aurait un quart d'heure de retard, c'est ce que le Caporal Listing leur avait signaler peu après l'arrivée de Tom dans la salle de cocktail. Cela faisait presque vingt minutes qu'il était là et qui était venu lui parler ? Trois filles, toutes trois enceintes ou à l'essai. Ca ne l'avait pas tellement étonné en fait ...

« Et toi, Tom, tu en es à combien ? »
« Oh, moi, huit mois bien fait maintenant. »
« Ohlala ! C'est pour bientôt alors ! »
« Pour quand est prévue ta césarienne ? »
« Dans trois semaines. Mon médecin trouve le bébé encore un peu frêle. Il m'a dit qu'une semaine de plus bien au chaud là-dedans ne pouvait que lui faire du bien. »
Dit-il en se tapotant le ventre.
« Ah, ces bébés, ils ont bien de la chance ! Toujours au chaud, toujours nourris et aucun tracas. »
« Tu l'as dit ! J'ai tellement hâte de tomber enceinte, si vous saviez ! »


La conversation continua un long moment et couvrit bien des sujets ; du choix du médecin et de l'hôpital, aux choix des prénoms, sans oublier l'achat du berceau. Les minutes filaient à toute vitesse alors que Tom se laissait emporter par l'enthousiasme de la gente féminine l'entourant.

14h arriva rapidement et la porte s'ouvrit alors. Toutes les personnes présentes se tournèrent vers celle-ci et applaudirent quand les soldats passèrent le seuil de la pièce. Les trois jeunes femmes aidèrent Tom à se relever et restèrent à ses côtés pour applaudir les exploits de leur bien-aimé respectif.

Quand Anis entra enfin dans la pièce, le tressé en eut les larmes aux yeux, mais se retient bravement et lui fit un petit signe de la main. A peine l'eut-il aperçu qu'Anis se dirigeait déjà à grands pas vers son compagnon caché dans le fond de la pièce, un énorme sourire aux lèvres.

« Tom ! » S'exclama-t-il en lâchant son gros sac de voyage au sol.

Et c'est au moment où il voulu prendre le jeune homme dans ses bras qu'il se rendit soudainement compte que Tom avait dû fouiller dans les caisses du grenier pendant son absence pour retrouver les t-shirts XXXL qu'il portait à l'époque où ils s'étaient rencontrés. Le regard d'Anis se figea sur le tissu tendu d'un de ses vieux dessus, au niveau du ventre proéminent de son amant, avant de retourner sur son visage, un air complètement perdu s'y dessinant.

Tom se mordit vivement la lèvre et rougit, à la fois de gêne et de peur.

« Surprise ! » Se contenta-t-il de dire à mi-voix en posant ses deux mains de part et autre de la petite montagne qu'était son ventre.

Anis ouvrit la bouche pour dire quelque chose, mais la referma aussitôt alors que de nombreuses larmes envahissaient ses yeux chocolat. Tom approcha de quelques pas et posa une main tendre sur son épaule, serrant légèrement.

« A-anis ? » L'interpella-t-il, incertain.

L'homme le serra soudainement contre lui, faisant bien attention de ne pas écraser son ventre en se décalant sur le côté et laissa s'échapper quelques larmes dans le cou de Tom avant de se redresser et de le fixer droit dans les yeux.

« Oh Mon Dieu ... C'est le plus beau cadeau de retour que tu pouvais me faire ! » Lui dit-il, des sanglots encore plein la voix.

Les yeux de Tom s'écarquillèrent et il se mit soudainement à pleurer aussi, serrant le cou, la tête et les épaule d'Anis contre lui d'un bras tout en attrapant l'une des grandes mains du Sergent pour la poser sur son ventre, juste à l'endroit où leur fils venait de lui mettre un petit coup, quelques secondes auparavant. L'enfant réitéra et Anis couva l'endroit où se trouvait sa main d'un regard surpris, puis heureux, puis incroyablement tendre. Tom sourit à travers ses larmes et frotta juste sous la main d'Anis pour provoquer un autre coup. Le bébé, le leur, se fit un plaisir de lui répondre.

Anis l'embrassa profondément tout en le serrant contre lui, sa main restant là où elle se trouvait, là où elle devait être, sur le ventre de celui qu'il aime, pour protéger leur enfant.


Écriture : 3O Décembre 2O11 & O6 Janvier 2O12
Publication : 23 Janvier 2O12

...
...
Bael ® _____
...
...

Tags : Welcome Home Soldier - Bael ®

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.166.207.223) if someone makes a complaint.

Comments :

  • Nail-art-color

    18/09/2014

    Trop mignon

  • nesshrya

    03/03/2012

    aaahhhhh c'est horrible de couper ainsi mais elle étais trop bien j'adhère a fonds !!!

  • mortania

    15/02/2012

    On se demande vraiment la réaction qu'anis aura en voyant Tom enceint, quelle magnifique réaction de sa part! :)

  • ich-steh-wieder-auf

    12/02/2012

    j'adore, je m'attendais pas du tout à ce que cela s'arrête comme ça ^^
    dommage qu'on ait pas eu droit à une description un peu plus détaillée de leur retrouvaille :$
    Ca me rappelle mon cousin en uniforme, c'est juste trop sexy >.<

  • Madness-of-an-Angel

    29/01/2012

    Comment ce sont passés tes examens ? :)

  • Madness-of-an-Angel

    29/01/2012

    Aaaah, c'est trop court T____T
    Mais tellement bon *w*

  • patricia

    23/01/2012

    et bien supers j'ai vraiment aimer le lire du moins je suis toujour heureuse de te lire bonne continuation bisous

  • Tori-Os

    23/01/2012

    Ouh là le que de retard de ma part. Bon on comprend la situation, mais ce qui m'étonne c'est que la grossesse de Tom soit aussi bien acceptée dans l'entourage et encore plus dans le domaine militaire. En revanche, j'aime le fait que tu donnes peu de descriptions physiques - peut-être est-ce fait exprès, parce que ça laisse l'imagination jouer. Et pas de musique, pas de Tokio Hotel, c'est rafraichissant. En tous cas, j'aime comme d'hab. Te lire me manque !!

Report abuse