5 tagged articles Obsessions

... ... ***** Série : Obsessions ... « Son Sexe » ... ... 10/05/2010



...
...

Son Sexe

Genre : AU, Lemon
Couple : Bushido/Bill

Inspiration : Playing By The Rules


Bill

J'ai commencé à être obsédé par son sexe au tout début de notre relation. En fait, je pense même que ça a commencé dès la première fois où on a couché ensemble. Il était beau, il était lisse, il était grand et large et surtout, le gland était recouvert de liquide séminal. Ce détail est celui qui m'a le plus attiré, celui qui m'a le plus poussé à vouloir goûter, sucer, mordre doucement, enfoncer dans ma gorge, engloutir. Anis n'y a jamais vu d'inconvénients et franchement, je ne vois pas comment il aurait pu en trouver.

Enfin, deux ans plus tard, me voilà toujours dans la même situation, complètement incapable de détacher mes yeux de son sexe, même au repos, quand il retire son pantalon - généralement, il ne porte même pas de sous-vêtement. Dès que je le vois, j'ai envie de m'en approcher, de le caresser et de faire glisser ma langue dessus – Anis adore quand je frotte mon piercing à la base, dans le creux juste avant ses bourses. Et je crois que maintenant, c'est pire qu'au début, parce qu'il y a deux ans, Anis essayait de se retenir, de ne pas devenir dur tout de suite, mais maintenant, il suffit que j'effleure son gland et il est dur, et ça, c'est assez gratifiant.

Je rentre dans la maison. La journée a été difficile et longue et franchement, un bon bain et un verre de vin ne me feraient pas de mal, mais je sais déjà qu'en entrant dans le salon, Anis verra ma tête et la première chose qu'il fera, sera de se mettre à l'aise contre le dossier du canapé et d'attendre que je le prenne en bouche. En fait, c'est presque devenu une habitude, mais il y a toujours un petit truc en plus qui fait que ça ne devient pas ennuyant, ni pour moi, ni pour lui.

Et j'ai raison. J'ai à peine posé mon sac et retiré ma veste qu'il est déjà dans le canapé à m'attendre. Il a dû entendre l'énorme soupir que j'ai poussé dans le couloir et le voilà déjà assis. Je ne vais pas me plaindre, c'est bien mieux ainsi. Je lui souris doucement et traverse la pièce avant de m'asseoir sur ses genoux, l'embrassant délicatement alors qu'il passe ses doigts dans mes cheveux. Je ferme les yeux et le laisse faire. J'adore quand il fait ça, j'ai toujours l'impression d'avoir des fourmis sous le crâne, partout où ses mains sont passées.

« Mauvaise journée ? » Demande-t-il doucement.

J'acquiesce, le visage dans le creux de son cou et il me caresse affectueusement le bas du dos. Je me cambre avant de me relever, me plaçant ensuite à genoux entre ses jambes écartées. Un simple regard suffit. Il sait qu'aujourd'hui, j'ai envie que ce soit lent, que j'ai envie de pouvoir en profiter avant de le faire jouir fort.

Un battement de paupière et son bouton et sa brayette son défaits. Il s'avachit un peu plus dans le cuir du canapé et écarte un peu plus les jambes, je tire sur les deux couches de tissu pour dégager son sexe encore à peine dur. J'embrasse tendrement son bas-ventre et y frotte mon nez, fermant les yeux tout en me perdant dans l'odeur de son corps. Il sent l'homme et sa peau a un goût musqué, j'adore ça.

Je lèche doucement la base, le bout de ma langue humidifiant un minuscule sillon, encore et encore, et quand son sexe se dresse un peu sous mon menton, mon piercing fait son apparition et vient lui aussi se frotter doucement contre la peau chaude d'Anis.

Il soupire. Je sais qu'il ne gémira pas, ce n'est pas son genre, mais j'ai déjà hâte d'entendre le grognement qu'il va pousser quand il jouira.

Je joue avec sa longueur, la massant paresseusement tout en léchant sporadiquement son gland. Ses poings se serrent contre le cuir et très vite, une de ses mains est dans mes cheveux, ses doigts filant entre les mèches et quand je commence à lécher sa longueur avec un peu plus d'entrain, il frissonne, se cambre légèrement et ses doigts tirent quelques mèches de mes cheveux, très légèrement.

J'ouvre les yeux et croise son regard brûlant. Sa bouche est légèrement ouverte. J'avais déjà remarqué que dans ces moment-là, il n'est pas sûr de comment devoir respiré, c'est comme s'il avait oublié comment faire. J'aime ce genre de réactions, ça me donne la sensation que là, tout de suite, ma journée n'est pas encore finie et qu'elle n'est pas gâchée. La soirée sera géniale, rien qu'avec ce regard, je le sais déjà.

Il souffle longuement et laissa sa tête partir en arrière quand je me penche au-dessus de son gland, le bout de ma langue faisant le tour de la couronne avant d'aller appuyer mon piercing sur sa fente, puis je me retire et me contente de le caresser lentement, parfois même du bout des doigts tout en soufflant contre son gland rouge et humide.

Son sexe a bien gonflé à présent et est complètement dur. La vision me force à me mordre la lèvre pour ne pas gémir. Dans mon jean trop serré, je suis dur et Anis le sait. Dans ses yeux, je devine son envie de se baisser et de serrer mes fesses dans ses grandes mains, son envie de me relever et de me forcer à me frotter contre lui pour faire rapidement redescendre la tension qui grandit dans son bas-ventre, mais il ne le fera pas.

Du liquide séminal commence à s'écouler de lui et je ne peux pas m'empêcher de frotter mes lèvres un peu sèches contre son gland, les léchant ensuite en le regardant droit dans les yeux. Il bat des paupières et sa main reprend ses caresses dans mes cheveux. Je lui lance un petit sourire avant d'ouvrir la bouche et de le laisser entrer, glisser le long de ma langue et aller se loger dans ma gorge. Il serre les dents, retire ses doigts de mes cheveux et serre également les poings. Je ferme les yeux et laisse ma bouche glisser encore un peu plus le long de son sexe. Il gémit presque.

Je resserre mes lèvres autour de lui, ferme un peu ma gorge et déglutit, il siffle de plaisir, les yeux fermés, et moi, je n'arrive pas à détacher les yeux de son visage pris par le plaisir. Je grogne doucement et les muscles de ses cuisses se tendent, il fronce les sourcils et j'esquisse un sourire. Anis, si seulement tu pouvais voir ce que je vois maintenant ...

Plus le temps passe et plus le faire jouir en le suçant demande du travail, de l'application. Au début, quand il ne connaissait pas encore mes talents dans ce domaine, ce n'était pas bien compliqué de la faire céder. Il était dur, je léchait, suçait un peu et il venait dans ma bouche avant même que j'ai besoin d'utiliser mes mains, mais maintenant, je dois utiliser toutes mes astuces. Le faire venir de cette manière est un vrai défit parfois et quand il tente, en vain bien sûr, de se retenir, ça me donne encore plus envie de le faire venir. L'expression d'extase qu'il a sur le visage quand il jouit est vraiment quelque chose que je pourrais regarder à longueur de temps.

Je suce plus fort, respire plus fort et vais plus vite, serrant les cuisses. Il sait que j'ai envie de me toucher, je le vois dans son regard sombre quand il pose les yeux sur mon visage, puis les laisse parcourir lentement mon torse et se redresse légèrement pour voir la bosse que forme mon sexe tout aussi dur que le sien sous la seule et unique couche de tissu qu'est mon jean slim.

Je travaille encore un peu son sexe et quand je gémis doucement tout autour de son gland, il referme les yeux et moi aussi. Je me concentre sur ma tâche et à peine quelques secondes plus, après quelques derniers mouvements de main et de lèvres, de langue et de doigts, il vient dans ma bouche, entrant et sortant par à-coups. Mes yeux sont encore clos, mais je sais que les siens le sont aussi et qu'il essaye encore de récupérer sa respiration. Je ne lui en laisse pas vraiment le temps ; j'avale et me penche à nouveau sur son sexe encore dur et frotte mes lèvres tout contre sa longueur, évitant son gland encore sensible.

Au-dessus de moi, je peux entendre sa respiration saccadée et quand je frotte mon nez contre son bas-ventre, il sait que j'ai fini, pour l'instant ...

...

Anis m'a fait couler un bain et dans ma main droite se trouve un verre de vin blanc délicieux. Je soupire de contentement en m'appuyant un peu plus contre son torse. Il caresse mes flancs du bout des doigts avant de m'embrasser le creux du cou et ses mains descendent, descendent, descendent et très vite, l'une d'entre elle s'empare de mon sexe déjà à moitié dur et les doigts de l'autre effleure mon antre. Je frémis et posa mon verre sur le tabouret à côté de la baignoire fermant les yeux pour profiter un peu plus. J'écarte un peu les jambes et me cambre et je sais qu'il ne sait plus où poser les yeux, où donner de la tête autre part qu'entre mes jambes.

Je souris un peu et passe une main dans mon dos pour attraper son sexe, serrant rythmiquement, en accord avec ses mouvements.

Je sais ce qu'il va se passer à présent ; il va m'exciter, me faire gémir, et puis ensemble, encore une fois, nous allons mouiller les draps de bien des manières ...


Écriture : 1O Mai 2O1O
Publication : o8 Septembre 2O1O

Notez cet Os ICI


...
...
Bael ® _____
...
...

Tags : Obsessions - Bael ®

... ... ***** Série : Obsessions ... « Sa Bouche & Ses Mains » ... ... 10/05/2010




...
...
 
Sa Bouche & Ses Mains
 
Genres : AU, Lemon
Couple : Bushido/Bill
 
Anis

« Bill ... »

Et cette bouche qui m'enveloppe et ces mains qui me caressent.

« Ngh. »

Lentement, sensuellement, ces ongles qui m'effleurent, m'aguichent, m'obsèdent.

« Chuut, tu fais trop de bruit ... »

Ma langue va automatiquement humecter mes lèvres alors que mes mains plongent dans ses longs cheveux, un autre atout féminin. Quand il me suce sans me regarder, parfois, perdu dans mon plaisir, je suis confus, mais seulement jusqu'à ce que ses yeux magnifiquement enivrants ne se lèvent vers moi. Ca aurait pu être n'importe quelle groupie, n'importe quelle fille, mais non, c'est lui, mon Bill. Mon Bill aux lèvres roses rouges, pulpeuses et pleines, à la fois douces et agressives autour de mon sexe engorgé. Mon Bill aux mains tendres et coquines, expertes et mesquines sur mes cuisses et mes bourses, mon ventre et mon torse.

« Bill ... »

Il sourit autour de moi, je peux sentir ses lèvres se tordre légèrement, mais il reprend le travail et ses mains courent partout où elles peuvent aller, effleurant, caressant, chatouillant, griffant, apaisant. Il prend un malin plaisir à me torturer de toutes les meilleures façons qu'il soit et il le sait. Il sait que c'est ce genre de torture qui me rend fou de lui, de son corps et de son esprit. Il sait qu'il est probablement le meilleur que j'ai eu, que j'ai et que je n'aurai et il se sent étrangement satisfait à l'idée. Je le sais, puisque que le seul fait de penser que je le satisfais tout autant me fait le même effet.

« Respire Anis, respire ... » Souffle-t-il contre l'intérieur de ma cuisse avant de l'embrasser, laissant traîner ses dents contre ma peau suante.

J'inspire et expire longuement alors qu'il plonge à nouveau entre mes jambes, avalant avidement mon sexe chaud. Il gémit tout autour et avant même que je ne m'en rende compte, il s'est relevé après une dernière caresse et se déshabille en vitesse, se laissant ensuite aller sur mes cuisses.

Ses lèvres se posent sur les miennes et je ne proteste pas, pourquoi le ferais-je ? Il s'empale le plus lentement du monde sur moi, me serrant contre lui, en lui, avant de commencer à onduler lentement, sensuellement au-dessus de moi. La vue est grisante, je ne sais plus trop quoi penser. C'est souvent comme ça quand je suis avec lui, sa simple vue me rend fou et son touché m'achève. Il le sait, il le sent, et il en profite autant que moi.

Ses longs doigts enveloppent mes biceps et les serrent légèrement, j'attrape ses flancs et le rapproche encore un peu plus alors que sa bouche attaque mon cou, ses dents mordant, ses lèvres et sa langue apaisant ensuite. Il gémit doucement à mon oreille et je serre la mâchoire pour ne pas me laisser aller tout de suite.

« Anis ... » Geint-il alors que mes hanches ralentissent encore.

Je me retire prestement et le jette sur le lit dernière nous, rampant au-dessus de lui pour le calmer. Ses mains agrippent mes épaules et en à peine quelques secondes, je suis à nouveau en lui, poussant, me retirant, le serrant, l'embrassant, le mordillant, l'aimant.

Il remue dans tous les sens, contrant mes à-coups et les accompagnant, tout à la fois. Bill est incroyable. L'effet qu'a sa bouche sur les gens est incroyable. L'effet que sa bouche a sur moi est incroyable. Il gémit d'extase, se mordille la lèvre avant de passer à mon cou, embrassant et léchant et humidifiant et satisfaisant d'une manière que je ne suis pas le seul à apprécier, je le sais, mais que j'ai le privilège d'être le seul à recevoir.

« Plus fort. »

J'accélère, il m'accompagne. Notre tandem se reforme sans fausse note et sa magnifique voix continue à s'échapper d'entre ses lèvres pulpeuses, ses mains me serrent et je réponds par des coups de reins plus fermes encore, il semble en être satisfait.

« E-encore ... » Geint-il soudainement. « Encore Anis, encore ! »

Je me penche sur lui, embrassant son épaule fragile avant de fermer les yeux, laissant mes lèvres tout contre sa peau pour l'aimer encore un peu plus. Sa bouche, ses mains, partout sur mon corps, me rendent fou, me font oublier la réalité et tout ce qui l'accompagne.

« Bill. » Dis-je entre mes dents serrés, il se contente de me faire écouter sa respiration saccadée avant de griffer et de mordre, de relever les hanches, puis de lécher.

Il est tout proche, je le sens. Encore un peu, encore un tout petit peu.

« Han ! »

Là, son essence se répand entre nous alors que je me laisse aller tout contre lui, en lui, et il semble, encore une fois, étrangement satisfait de pouvoir me faire venir en un temps record, en même temps que lui qui plus est.

Il me sourit, le c½ur battant encore la chamade et la respiration haletante. Il me caresse les joues de ses mains douces et embrasse mes lèvres, ses yeux me disent qu'ils m'aiment, sa bouche me dit qu'elle m'aime et moi aussi, je me sens étrangement satisfait, complet, à vrai dire.

Sa bouche, ses mains, partout sur mon corps, me font oublier qu'à l'origine, nous n'étions peut-être pas fait l'un pour l'autre. J'en ai fait mon âme s½ur et c'est tout ce qui compte ...



Écriture : 24 Décembre 2O1O
Publication : 24 Décembre 2O1O
 
Notez cet Os ICI



...
...
Bael ® _____
...
...

Tags : Obsessions - Bael ®

... ... ***** Série : Obsessions ... « Ses Yeux » ... ... 10/05/2010




...
...

Ses Yeux

Genres : AU, Lime, Guimauve
Couple : Bushido/Bill


Anis


Ses yeux.
Ses yeux ont réellement quelque chose d'exceptionnel, et pas parce qu'ils sont sans cesse maquillés de noir. Non. C'est autre chose, quelque chose de bien plus fort que cela.

Déjà, je sais qu'il arrive à me parler avec ses yeux. Des fois, je me demande si j'arrive à lui parler avec les miens aussi.

Il a ce regard qui dit « on fait des câlins ? » ; c'est un regard doux, presque sucré. Comment un regard peut être sucré ? Je ne le sais pas non plus ... Mais j'aime aussi son regard qui dit « Anis, je suis fatigué. On va se coucher ? ». Quand il me regard comme ça, on dirait un petit enfant de cinq ans. J'aime ça, peut-être même un peu trop.

Quand il rentre du travail et qu'il ferme longuement les yeux avant de se tourner vers moi, cela veut dire « je n'ai pas passé une bonne journée. Serre-moi contre toi. ». Et je le fais. Quand il sort de la salle de bain, les cheveux encore humides de son bain, un léger sourire aux lèvres et les yeux brillants, cela veut dire « je fais à manger et après ... ». Celui-là est un de mes préférés.

J'aime aussi celui qui, très doux, m'enveloppe d'une tendre chaleur et qui crie « je t'aime » comme s'il ne me l'avait jamais dit avant. Et il y a celui qui, intense, pénétrant, inquisiteur, dit « il faut qu'on parle », sans même qu'il ai besoin de prononcer ses horribles mots. Celui-là n'apparaît pas souvent, mais quand il est sur son visage, profondément encré dans ses yeux, je ne discute pas. Ça, c'est sûr ...

Quand je l'ai rencontré, il avait très souvent un regard sombre et triste, mais à la fois lumineux. J'ai bien vite compris qu'il disait « j'ai mal, mais je continue à avancer ». Il sortait d'une relation difficile et j'ai été là pour l'épauler jusqu'à ce que ce regard ne disparaisse et qu'un autre ne prenne sa place. Un autre que j'ai adoré fixer pendant un bon moment ; parfois encore, Bill me regarde cette manière. Parfois encore, ses yeux me disent « tu me fais du bien, tu sais ? » sans pour autant que ce soit sexuel. Bill est comme ça, il parle autant avec son corps qu'avec sa bouche. Alors je peux vous dire que les informations transmises sont nombreuses !

Rarement, il a ce regard qui me hurle « tu m'énerves ! », et peu de temps après, un autre prend sa place. Un autre qui geint « tu m'as fait de la peine ». J'ai mal quand je vois ce regard dans ses yeux, et j'espère que les miens lui répondent d'un « excuse-moi s'il te plaît » bien mieux explicité que dans des paroles vaines.

Quand il est enthousiaste à propos de quelque chose, ses yeux crient « on le fait ? On le fait ? » et quand les miens disent « oui, on le fait », un énorme sourire ne manque jamais de prendre place sur ses lèvres pleines.

Parmi tous les regards qu'il lance, j'ai tout de même une série de préférés ; ce sont ceux qu'il utilise pendant le sexe. Le premier généralement, c'est « on joue ? » ; il se mordille la lèvre et me lance un regard malicieux entre ses longs cils. Je ne manque jamais de sourire et d'attraper ses hanches dans ces moments-là.

Le suivant est « tu sais, j'ai envie de toi ». Oh oui Bill, je sais que tu as envie de moi et j'ai tout autant envie de toi aussi ! Quand ce regard apparaît sur son visage, nous sommes déjà collé l'un à l'autre en train de fricoter. Il ne fait que confirmer ce que nous savons déjà trop bien.

Le troisième est un « j'ai envie de toi » tout court, beaucoup, beaucoup plus intense que le précédent. Moins de douceur, plus d'ardeur. C'est à ce moment-là que le baisers s'intensifient, qu'il commencent à se frotter subtilement contre moi, que la chaleur grimpe dans la pièce.

Ensuite vient le « tu me fais du bien » sexuellement parlant. Quand ce regard apparaît, il est presque nu, moi aussi et je suis déjà en train de chercher cette petite entrée qui va nous relier lui et moi pendant bien des secondes. Il halète, s'accroche à mon dos, griffe mes épaules. Bill peut être doux, mais souvent, à la fin, le chaton se transforme en tigre. J'aime dire qu'il se change en tigresse pour l'ennuyer, et là, il me lance un regard qui dit « arrête tes conneries et descends tes mains, allez ! » et là, je ne discute plus non plus.

Après ça, il se lèche les lèvres et ferme les yeux. Pendant un certain temps, tout repose sur ses halètements, ses gémissements et ses couinements. J'aime le faire couiner, mais encore plus le faire crier.

Quand il ouvre à nouveau les yeux, j'entre lentement en lui. Nos regards se fixent et je me baisse doucement pour l'embrasser tout en me laissant délicatement aspirer dans le fourreau de chair qu'est son corps. À ce moment-là, ses yeux me disent « sois doux » ou « je t'aime ». Il caresse toujours mon torse et mon ventre quand il a ce regard-là.

Une fois un rythme lent instauré, ses jambes s'enroulent autour de moi, ses griffes acérées se plantent dans mes épaules et je lui fais l'amour lentement, consciencieusement. Quand nos regards se croisent, ses yeux me disent « plus Anis ! Encore ! Plus ! », mais je ne vais jamais plus vite. Je vais plus fort, plus loin et là, il commence à crier. Bill est quelqu'un d'assez expressif au lit ; il n'utilise pas de mot, mais sait faire entendre sa voix. Ça ...

Ce qui m'a toujours surpris chez Bill, c'est que quand il jouit justement, je peux lire dans ses yeux la surprise de l'intensité de son orgasme. Sa bouche est légèrement ouverte, ses yeux grands ouverts et me fixent en murmurant « c'est fort, c'est si fort ! » et je ne résiste pas bien longtemps après cela. Je me laisse emporter par la jouissance que son corps me procure, que la possession de son c½ur me procure et quand enfin je me redresse, m'écarte doucement de lui pour le regarder dans les yeux, je vois un « je t'aime » et parfois, peu de temps après, un « faisons-le encore ».

Je sors de mes pensées en entendant la porte claquer. Pas de soupirs, pas de pas lourds ; il semble avoir passé une bonne journée. Je me redresse dans le canapé et lui sourit quand il entre dans la pièce et là, juste à cet instant, il a le plus beau regard qu'il puisse afficher : « tu m'as manqué » ...

« Bonjour Mon C½ur. » Dit-il en s'asseyant sur mes genoux.
« Bonjour. »

Ses yeux se ferment, nos lèvres se rejoignent et quand un peu plus tard, nous nous séparons pour reprendre notre souffle il me dit :

« Tu sais, tu m'as manqué ... »

Et je ne fais que sourire, parce que je le savais déjà.

« Tu m'as manqué aussi ... »


Écriture : 15 Mai 2O1O
Publication : 3O Septembre 2O1O

Notez cet Os ICI


...
...
Bael ® _____
...
...

Tags : Obsessions - Bael ®

... ... ***** Série : Obsessions ... « Son Dos & Ses Epaules » ... ... 10/05/2010




...
...
 
Son Dos & Ses Epaules
名誉
 
Genres : AU, Lime
Couple : Bushido/Bill



Bill


Ah. Son dos et ses épaules, ça aussi, c'est quelque chose ...
Ses muscles dorsaux sont tendus, sa peau ferme et tannée ; et ses épaules, oh mon dieu ... Je n'arrive presque pas à en parler. Des épaules pareilles sont, je pense, le rêve de tout homme un tant soit peu soucieux de son apparence. À mes yeux, le corps d'Anis est parfait ; le toucher est un plaisir, tout comme le regarder, et parfois même, le lécher.

Son corps est parfait et pourtant, il me dit que le mien l'est tout autant. Il me dit que nous sommes parfait, fait pour être ensemble, à notre façon. Ça me fait sourire à chaque fois ; c'est son côté protecteur qui ressort quand il dit ça ...

« Bill, tu es prêt ?! »
« J'arrive ! »


J'enfile mes boucles d'oreilles, replace mes cheveux et descends rapidement les quelques marches qui me séparent encore de lui. Il sourit doucement en me voyant arriver et je fais de même avant de poser mes lèvres sur les siennes, acceptant ensuite la dominance qu'il prend dans le baiser avec plaisir. Il glisse une main sous mon pull et l'autre dans mes cheveux avant de me pousser contre le mur du hall d'entrée pour m'embrasser plus profondément.

Un léger gloussement voyage de ma bouche à la sienne et je le sens sourire avant de caresser mes côtes du bout des doigts ; je le laisse faire avec plaisir alors que mes mains remontent le long de son dos musclé pour se retrouver sur ses épaules massives que je griffe doucement à travers son dessus. Il affiche un petit sourire en coin avant de poser ses lèvres sur mon front.

« On y va ? »

J'acquiesce et il se détourne de moi pour avancer vers la porte d'entrée, je le suis en remontant les hanses de mon sac sur ma propre épaule.


...

« Tapette ! »
« Putain, ne le touche pas ! »


Je me recroqueville vivement et attends le prochain coup, mais il ne vint pas. Anis est là, il retient le bras du gars qui, il y a encore quelques secondes, était prêt à me donner un second coup. Il attrape le t-shirt du gars et le repousse durement en arrière avant de lui envoyer un coup de poing dans la mâchoire. Je reste là, tout bonnement abasourdi alors qu'Anis revient vers moi.

« Ça va ? » Me demande-t-il, les sourcils fortement froncés.

J'acquiesce vaguement avant qu'il ne se penche et ne me serre contre lui, posant son front contre le mien alors que mes mains se posent automatiquement sur ses épaules.

« J-je vais bien, je t'assure ... » Soufflais-je et il soupira, resserrant légèrement son étreinte autour de moi avant de m'embrasser délicatement, caressant le coin droit de ma bouche, qui se révèle être ensanglanté.
« On rentre ? »
« Oui. »



...

« Bill, il t'a frappé et insulté ! Tu dois réagir quand c'est comme ça ! »
« M-mais Anis, as-tu vu à quoi ressemblait ce gars ?! J'avais l'air d'une allumette à côté de lui ! J'ai eu de la chance que la seule chose qu'il me fasse soit me mettre un coup de poing dans la figure ! »
Dis-je en me hâtant vers la chambre.
« Ne pars pas quand je te parle ! » Siffle-t-il avant de m'attraper le bras et de me retourner vers lui, je fronce vivement les sourcils et tente de retirer mon bras de sa poigne de fer.
« Ne me touche pas ! » Hurlais-je presque avant de lui claquer la porte au nez.


...

o1h15. Je suis enfin sur le point de m'endormir quand la porte de la chambre s'ouvre doucement, inondant la pièce d'une lumière vive avant qu'Anis ne la referme derrière lui. Je ne bouge pas, le laissant se coucher en silence, et puis, il ne bouge plus pendant plusieurs minutes, je crois qu'il s'est endormi. Je soupire de soulagement et remue alors légèrement, ses bras se referment instantanément autour de moi ; je le repousse, il insiste.

« Lâche-moi. » Murmurais-je simplement, il me serre plus fort contre lui, se collant à moi.

Je ferme les yeux et mon corps se détend automatiquement contre le sien.

« Je t'aime e-et ... je m'excuse pour ce que j'ai dit. »

Mon visage reste fermé, mais mon c½ur fait un bond. Anis qui s'excuse, c'est aussi rare que la pluie dans la Vallée de la Mort !

« J-je ... Je me rends bien compte que parfois, je te traite comme une fille, ou que ... je te dis ce que tu dois faire, ou comment tu dois te comporter et que c'est désagréable. Je t'aime Bill. » Dit-il en blottissant son visage contre ma nuque nue.

Je souris légèrement et serre sa main qui repose contre ma hanche.

« Je te pardonne ... et je t'aime aussi. »

Je le connais, il va continuer à me soutenir, dans ses bras, sur ses épaules et son dos ...



Écriture : 12, 13 & 14 Novembre 2O1O
Publication : 14 Novembre 2O1O
 
Notez cet Os ICI



...
...
Bael ® _____
...
...

Tags : Obsessions - Bael ®

... ... ***** Série : Obsessions ... « Son Coeur . . . et Ses Fesses » ... ... 10/05/2010




...
...

Son Coeur ... et Ses Fesses

Genres : AU, Lemon
Couple : Bushido/Bill


Anis


Ses fesses sont parfaites, et mis à part ses yeux, c'est sûrement la partie de son corps que je préfère.

J'aime quand il les cache sous un pantalon moulant comme quand il ne les cache presque pas, courant partout dans la maison uniquement vêtu d'un de mes t-shirts ou une de mes chemises, dévoilant à la fois trop et pas assez de son corps parfait.

J'aime les toucher. J'aime les empoigner, le faire frémir en approchant mes doigts de l'antre que je convoite tant. J'aime les masser, les caresser, les serrer, les pincer parfois. Bill aime quand je les lèche et puis que je respire tout contre sa peau. Les frissons qui remontent alors le long de sa colonne me font sourire, le font gémir.

J'aime les regarder. Quand il les couvre d'un de ses pantalons extrêmement moulants et que je le surprends ensuite à marcher en roulant des hanches, juste pour m'exciter. Ou quand, juste pour moi, il enfile un string à dentelles, histoire de pimenter un peu l'affaire. Je n'en ai jamais assez. Je n'en aurait jamais assez ...

« Anis ? »

Je l'ai réveillé.
Il dormait si paisiblement et moi, ne pouvant m'en empêcher, suis allé caresser ses douces fesses sous la grosse couverture de notre lit.

Ses paupières papillonnent paresseusement, puis il sourit doucement alors que sa vue devient plus claire et qu'il me revient, enfin. Je lui souris moi aussi et me penche au-dessus de lui pour lui offrir le baiser qu'il me réclame depuis quelques secondes déjà.

Parfois, j'ai l'impression d'être son point de repère, son port. Le matin, quand il se réveille, je suis la première chose qu'il cherche, mais à vrai dire, je fais de même avec lui, donc il n'y a plus rien d'étonnant à cela.

Il m'attire à lui, me laisse m'installer contre, puis sur lui, entre ses jambes, et mes mains partent déjà le long de ses flans, prêtes à retrouver leur place habituelle ; juste au niveau du renflement de ses fesses. Il sourit, glousse légèrement quand je le rapproche encore un peu plus de moi et finit par exhaler lourdement. Il s'attaque ensuite à la peau de mon cou, embrassant et léchant intimement mon tatouage avant de revenir chercher mes lèvres.

Mes mains se resserrèrent d'elles-mêmes autour de lui et l'attirent encore un peu plus à moi. Il baisse mon bas de jogging et mon boxer alors que je lui arrache presque le sien, mon visage perdu dans son cou alors qu'une de ses mains se pose sur mes fesses et appuie, me rapprochant encore plus de lui.

Il ne proteste pas, il sourit même, ferme les yeux et gémit quand je me penche pour lui embrasser, puis lui mordiller la clavicule. Bill. Mon Bill. Mon Bill au corps parfait, à l'âme pure, amoureuse, enjôleuse, enivrante. Je ne saurai plus me passer de lui, et ça, je m'en suis rendu compte il y a bien longtemps. Avant même que ses lèvres et ses yeux ne me disent enfin « je t'aime ».

« Anis. »

Il me rappelle à l'ordre, me remet sur le droit chemin quand je m'égare, c'est l'androgyne de mon c½ur, le brun que j'ai dans la peau, le gamin, non, le jeune homme à présent, que j'ai dans la tête, sans cesse, tout au long de la journée ...

« Anis, mets-là ... »

Je rêvasse, il m'a déjà enduit et s'est déjà visiblement préparé. Je suis surpris, il réussit toujours à me surprendre ... Je glisse facilement en lui à présent, entre ces deux monts de chair tendre que j'aime tant, et de tant de manières différentes.

Bill s'accroche à moi, il halète déjà, griffe gentiment mon dos avant que ses mains n'atterrissent à nouveau sur mes fesses pour mieux me prendre en lui, mieux me sentir contre lui.

À présent, ses yeux et ses lèvres me disent « je t'aime » et je lui réponds de toutes les manières possibles ; mes yeux, mes lèvres, mon corps entier n'est qu'amour pour lui et je ne peux me refuser à lui rendre tout ce qu'il me donne, tout ce qu'il m'apporte.

J'ai son corps, j'ai son c½ur, comme il a le mien. J'ai ses yeux, ses mains, ses lèvres, ses jambes, sa peau, sur, tout contre, autour de moi et je ne peux pas me plaindre, j'aime ça. Il aime ça. Je l'aime et il m'aime.

« A-anis ... » Gémit-il difficilement avant de se laisser aller contre moi, son sperme ornant mon ventre et le sien, et le mien tapissant l'intérieur de son corps.

« Je t'aime Bill. »

Il sourit.

« Je t'aime aussi. »


Écriture : 2O Octobre 2O1O
Publication : 27 Octobre 2O1O

Notez cet Os ICI



...
...
Bael ® _____
...
...

Tags : Obsessions - Bael ®